Chéva Berakhot un soir de Seder Couvercle de casserole Mouktsé Un Goy qui laisse de l'argent Chabbat Nom erroné sur la Ketouba

Kidouch pour une Mila qui tombe à Chabbat

Category: // By Rabbi: הרב עופר עוזרי // Answer date: 20.07.2021

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp
Share on email

Question:

Chalom Rav, il y a ce Chabbat une Brit Mila dans notre synagogue. Nous voudrions savoir comment procéder par rapport au Kidouch ?

Answer:

Chalom ouvrakha, tout d’abord, voyons ensemble ce qu’il en est de l’ordre dans lequel les choses doivent se passer. Le Minhag (habitude) est dans toutes les communautés de commencer par la Mila. Bien que le Kidouch est une chose très importante car son origine est l’obligation de la Torah d’observer le Chabbat, cependant, la mitsva de la Brit Mila est supérieure. En effet, le Choulh’an Aroukh, Yoré Déa, au début du siman 260 écrit que la Brit Mila est plus grande que les autres mitsvot positives de la Torah, de par le fait qu’il y est marqué 13 fois le mot « alliance » (Brit) et de plus car elle repousse Chabbat. La source du Choulh’an Aroukh est dans le traité de Nédarim 31b. Enfin, dans le traité de Zévah’im 89b, la Guémara débat pour savoir, quel est l’ordre de priorité, quand on a 2 mitsvot qui se présentent devant nous. Un des principes qui en ressort, c’est que la mitsva la plus « Mékoudach » (sainte) devance la 2nde. De plus, le Bet Yossef dans le siman 260 rapporte que la Brit devance même le sacrifice de Pessah’. Alors que celui qui ne le fait pas est passible de la peine divine de « Karet », c’est-à-dire, h’ass véchalom, de décéder sans progéniture et avant 50 ans.
En ce qui concerne plus directement votre question, il faut savoir que les décisionnaires se sont posé la question de savoir si on peut faire le Kidouch de Chabbat sur le même verre que celui servant au Brit. Dans le traité de Pessah’im 102a, il est écrit que des personnes qui étaient attablés avant Chabbat, lorsqu’arrive le Chabbat et qu’ils ont en même temps terminé leur repas, Rabbi Yéouda dit qu’ils doivent d’abord faire le Kidouch sur un verre de vin, le boire et de nouveau ramener un nouveau verre sur lequel on fera le Bircat Amazon. Par contre, Rabbi Yossi pense qu’on commencera ar celui du Bircat Amazon et ensuite celui du Kidouch. Dans la suite, la Guémara demande pourquoi a-t-on besoin d’amener 2 verres de vin ? A cela, la Guémara répond que l’on ne peut pas faire 2 Kidouch sur le même verre, car cela ressemble comme si l’on vient à faire des « paquets » de Mitsvot, dévalorisant ainsi la Mitsva en tant que telle. Le Rachbam compare cela à quelqu’un qui a un fardeau et qui se dépêche de s’en débarrasser. Le Maïmonide, dans les Hilkhot Chabbat, chapitre 29, 13 tranche la Halakha comme Rabbi Yossi, et il explique qu’on ne peut faire 2 mitsvot sur le même verre. Le Choulh’an Aroukh, siman 271, séif 6 écrit de même.
On aurait tendance à dire, d’après cela, qu’on n’a pas le droit de faire le Kidouch de Chabbat et celui de la Mila en même temps. Pourtant, la coutume à Yérouchalaïm est de les faire sur le même verre. Le Ktav Soffer, Orah’ H’aïm, 139 déduit de ce que le Maïmonide a écrit « on ne doit pas faire 2 mitsvot sur un même verre car le Kidouch de Chabbat soir et le Bircat Amazon sont 2 mitsvot de la Torah ». Il apparait que cette règle ne concernerait que les Mitsvot de la Torah. Etant donné que le Kidouch de Chabbat matin et celui de la Brit Mila ne sont que d’ordre rabbinique, on peut mieux comprendre l’habitude de les faire ensemble.
Les décisionnaires contemporains ont également débattu la question. Le Rav Ovadia Yossef dans le H’azon Ovadia, Pessah’, tome 1 p. 127 dit de faire comme la coutume de Yérouchalaïm. Par contre, le Chévet Alévy, tome 4, siman 135, rapporte que l’habitude des communautés ashkénaze est de faire le Kidouch de la Mila en 1er, de le donner à boire à un enfant de moins de 13 ans et ensuite de refaire le Kidouch de Chabbat pour l’ensemble de la communauté, comme l’écrit le Rama dans Orah’ H’aïm, siman 273, séif 6.

Skip to content