Chéva Berakhot un soir de Seder Couvercle de casserole Mouktsé Un Goy qui laisse de l'argent Chabbat Nom erroné sur la Ketouba

réparer sa voiture pendant H’ol Amoed

Category: // By Rabbi: הרב ירון אשכנזי // Answer date: 27.06.2021

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp
Share on email

Question:

J’ai ma voiture qui est tombé en panne, et je voudrais savoir si on peut la faire réparer à H’ol Amoed ?

Answer:

Chalom ouvrakha, voyons ensemble, béezrat Achem ce que disent la guémara et les différents décisionnaires à ce sujet, pour pouvoir répondre à cette question.
Il y a une discussion dans le traité de H’aguiga 18a à propos de savoir si l’interdit de travailler pendant H’ol Amoed est un ordre de la Thora ou Dérabanan (décret rabbinique). Rabbi Yochia apprend du verset, qui se trouve dans parachat Ki tissa, chapitre 23 : »la fête de Pessah’, tu garderas pendant 7 jours ». C’est-à-dire qu’il faut observer pendant 7 jours, y compris les jours de H’ol Amoed l’obligation de chômer lors de cette fête. D’autres rapportent d’un autre verset dans parachat Réé, 16 : « pendant 6 jours, tu mangeras des Matsots et le 7ème jour sera chômé pour Achem ». Ils apprennent de ce verset que seulement le 7ème jour est interdit de travailler. Ils apprennent que les jours de H’ol Amoed ne sont interdits de travailler que par les Rabbanim, que c’est eux qui décident quels jours et quels genres de travaux sont interdits.
Il y a une grande conséquence halakhique entre ces 2 avis. En effet, de cela dépendra de savoir si les H’akhamim ont le pouvoir de permettre certaines activités pendant H’ol Amoed. Ce qui signifie que si on vient à trancher la Halakha comme Rabbi Yochia, il en ressort que l’interdit de travailler à H’ol Amoed est d’ordre Toraïque et donc cela équivaut à l’interdiction de travailler Yom tov. Dès lors, il ne serait permis d’allumer un feu que dans les mêmes conditions qu’à Yom Tov, et on ne pourra pas non plus utiliser d’appareils électriques ou prendre la voiture pour se déplacer, les H’akhamim n’ayant pas le pouvoir de changer cela. Par contre, si la Halakha n’est pas comme lui, on rentre dans une logique tout autre. Ils pourraient dans ce cas, interdire certaines « Mélakhot » (travaux) et en permettre certaines autres.
Le Maïmonide dans Hilkhot Yom Tov, 7, 1 tranche comme le 2nd avis en disant que les interdits de H’ol Amoed sont d’ordre rabbinique. Par conséquent, les H’akhamim ont eu la possibilité de restreindre ces interdits selon quelques conditions. Si le travail en question ne rentre pas dans une de ces conditions, on en revient alors à l’interdiction d’origine comme Chabbat ou Yom Tov, seulement ce sera d’ordre rabbinique. Voyons donc ces conditions, qui sont au nombre de 5 :
1. Lorsque cela peut occasionner une perte : par exemple, il est permis d’écrire des paroles de Torah que l’on risque d’oublier. Bien que le fait d’écrire est considéré comme un travail professionnel et il est interdit , si ce n’est que cela peut être oublié.
2. Si cela est nécessaire pour la Fête : on pourra appeler un technicien pour réparer un four, afin de pouvoir cuisiner pour le H’ag. Cependant, faire appel à un professionnel n’est en général pas permis, si ce n’est que pour certains cas.
3. Pour un professionnel qui n’a pas de quoi manges’il ne peut arriver à acheter ce qu’il a besoin pour la Fête qu’en travaillant.
4. Lorsque ce travail est de salubrité publique : comme par exemple, réparer des routes ou toutes choses dont dépend le bon fonctionnement du pays ou de la ville.
5. Toutes choses qui ne se fait pas d’une façon professionnelle : il est ainsi permis à un homme de coudre un accroc d’un pull par exemple, à la condition, évidemment qu’il ne soit pas couturier lui-même.
Pour en revenir à votre question, le Choulh’an Aroukh, siman 536, séif 1 rapporte qu’il est permis d’arranger ce qu’il faut pour pouvoir utiliser son cheval. Cela même si on veut l’utiliser pour se promener uniquement, s’il ne peut arriver à destination à pied. Cependant, c’est interdit, si on pouvait le faire avant la Fête. Les décisionnaires rajoutent encore une condition, c’est qu’il ne faut pas que ce travail soit vraiment professionnel.
En ce qui concerne la voiture, on pourra faire des petites réparations, comme réparer une crevaison qui a eu lieu pendant la Fête ou remplacer une petite pièce qui s’est endommagé si on en n’a pas eu connaissance avant.

Skip to content